Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 19:17
Après avoir rodé son show pendant 2 soirs à Anvers en Belgique, Céline Dion était de retour sur la scène du Palais Omnisports de Paris Bercy pour 7 concerts exceptionnels entre le 25 novembre et le 5 décembre dernier. Au départ, seulement 5 concerts étaient prévus mais, face à la demande, 2 dates ont été ajoutées. Près de 100 000 spectateurs, au total, sont venus applaudir la Québécoise qui n’avait pas donné de concerts en France depuis sa dernière tournée mondiale en 2008.
 

 
        
Cette fois-ci, il s’agit d’un spectacle très différent de ce que la diva offre depuis près de 15 ans. On ne se situe pas dans la configuration d’un spectacle à renfort de grands artifices mais plus dans une configuration assez classique de concert. La scène est frontale, la star bouge quand elle le veut et le décor est assez minimaliste, comme pour mieux laisser place à la musique et à la voix de la star de Las Vegas qui, libre de ses déplacements dans ce spectacle non mis en scène que l’on pourrait très bien imaginer dans des plus petites salles, retrouve l’ambiance des simples concerts du milieu des années 90, le retour du micro fil aidant, et les envolées vocales bien senties. Dans cette configuration plus épurée, la chanteuse est plus interprète que jamais et se laisse porter par les cris des fans dans la salle. On retrouve un plaisir de chanter que le très millimétré show Taking chances en 2008, avec sa scène centrale et les tapis roulants, ne permettait pas vraiment de laisser s’installer.
 
Les amoureux des effets spéciaux seront peut-être un peu déçus mais la chanteuse aidée par un groupe de musiciens excellents qui l’entoure depuis plus de 20 ans auquel s’ajoute une section de cuivre qui redonne des couleurs et de l’âme à certains titres, signe ici un spectacle très musical.
Cette fois, c’est une tracklist centrée sur les chansons françaises que Céline offre à ses fans. Basé sur l’excellent concert « Céline…une seule fois » donné sur les Plaines d’Abraham de Québec le 27 juillet dernier, on retrouve les mêmes costumes et certains titres clés qui comportent de nouveaux arrangements et interludes musicaux à couper le souffle, de titres que l’on avait pas entendus depuis 1999 sur scène comme Terre ou Je crois toi, sur laquelle les vocalises des choristes et le solo de violon sont divins. Le duo saxophone/guitare électrique sur Je sais pas est également un des moments forts du spectacle.
   
On pourrait qualifier ce concert de « concert Best of », mais au sens noble du terme. Ce spectacle est un hommage aux auteurs et compositeurs ayant travaillé pour elle. Pleine d’humilité, elle les remercie à plusieurs reprises entre les chansons. Elle n’oublie pas aussi de remercier Vincent Niclo qui faisait, avec succès, sa première partie. La diva ne s’est pas contentée d’insérer des titres de Sans attendre, son dernier album français au succès phénoménal sorti l’année dernière. La plupart des albums à succès qu’elle a enregistré en français est défendu. Certains titres n’avaient jamais été interprétés en live par la diva sur scène. Céline et son public français, c’est une histoire d’amour de plus de 30 ans, il n’était donc pas question de se focaliser uniquement sur les dernières chansons : un choix judicieux. L’album concocté par Jean-Jacques Goldman qu’elle remercie en fin de spectacle, D’eux, son plus grand succès en français à ce jour, est évidemment très présent avec Pour que tu m’aimes encore, Destin, Je sais pas, J’irai où tu iras ou le très énergique Regarde moi qui avait été enfermé dans un tiroir depuis trop d’années. Des titres très efficaces qui font danser la salle.
   
On retrouve aussi des titres très populaires que Goldman avait offerts à la diva en 1998, lors de leur seconde collaboration comme le toujours efficace Dans un autre monde qui ouvre le spectacle, S’il suffisait d’aimer, titre sur lequel la star reçoit une ovation, On ne change pas  mais aussi Je crois toi. Plus méconnu en France qu’au Québec, le répertoire de Luc Plamondon n’est représenté que par la reprise de Starmania Ziggy, un des premiers titres qui avait permis à la diva de cartonner en France.
Céline n’a pas fait l’impasse sur les albums français des années 2000 qui ont rencontré moins de succès que les précédents. On retrouve donc Tout l’or des hommes, issu de l’album 1 fille et 4 types en 2004 qui sonne comme un titre revendicatif. Alors que la star chantait cette chanson avec un peu de nonchalance dans sa version studio, ce titre devient en live une véritable révélation. La chanteuse, portée par le public et les cuivres, semble beaucoup plus convaincue par la chanson et le « NON » final qu’elle crie comme si c’était une chanson politique achève de nous convaincre. En live, Céline réussit à nous « convertir » à certaines chansons qui étaient un peu passées inaperçues au moment de leur sortie.
   
C’est le même phénomène qui se produit sur Immensité paru sur l’album D’elles en 2007. Le titre n’avait pas été chanté à Bercy en 2008. Cette fois, Céline l’a ressorti et habite cette chanson très bien. Elle semble ici vraiment émue et ça se ressent dans ses intonations de voix. La surprise ne vient donc pas forcément des titres des nouveaux albums mais de ces chansons que le grand public avait un peu oubliées et qu’il retrouve ici comme des diamants sacrés.
   
Mais les récents albums de la chanteuse sont également mis en valeur. Son nouvel album français est l’occasion d’aborder des sujets plus personnels et plus intimes. 4 titres de Sans attendre trouvent leur place sur cette tracklist déjà chargées : le tube Parler à mon père, le mélancolique, rock’n’roll et très vocal Qui peut vivre sans amour ?, l’hommage à sa mère Celle qui m’a tout appris mais aussi La mer et l’enfant, un titre signé Grand Corps Malade qu’elle interprète très naturellement, tout en douceur et en subtilité. Interprété devant des images d’elle avec les jumeaux Nelson et Eddy sur la plage, la chanson prend tout son sens et l’émotion est au rendez-vous. On n’assiste pas au concert de Céline Dion, on est avec elle et elle nous montre qu’elle est avec nous. De façon un peu surprenante, Le miracle, le deuxième single de l’album ne fait pas partie du concert. Cela a dû en décevoir certains. Beaucoup d’autres titres de cet album comme Attendre, Si je n’ai rien de toi ou Je n’ai pas besoin d’amour auraient pu trouver leur place dans ce concert. C’est l’une des faiblesses de cette tracklist qui tente de contenter tout le monde.
   
Malgré cette forte présence de chansons françaises, qui montre l’implication de la chanteuse pour ces spectacles et un plaisir véritable et ressenti de chanter en français, Céline Dion a tout de même apporté un peu de Las Vegas à Paris avec quelques uns de ses titres anglais les plus célèbres comme le medley très vocal It’s all coming back to me now/Power of love, le très énergique et habituel medley Love can move mountains/River deep mountain high mais aussi le très attendu All by myself qui fait toujours autant d’effet et le grand classique final My heart will go on. La bande originale de Titanic reste toujours très appréciée du public. On peut néanmoins regretter que Céline n’ait pas réitéré les vocalises a capella, face public comme elle l’avait fait lors d’un concert intime à New-York fin octobre.

Le répertoire anglais permet à la diva de montrer qu’elle est encore « The Voice » mais il ne bouge donc pas beaucoup par rapport aux précédents spectacles. Néanmoins, elle a interprété pour la première fois sur une scène française depuis de très longues années Where does my heart beat now, son premier succès en anglais. A 45 ans, la diva réalise encore de très belles prouesses vocales, à couper le souffle, avec une brillante virtuosité. Elle semble libre, au sommet de son art, au sommet de sa voix.


 
Pour ouvrir et clôturer ce concert, la star surprend et émeut sur un Je ne vous oublie pas a capella. Le public, en transe face à cette interprète aussi surprenante qu’attachante, ne veut pas laisser repartir la Québécoise, mais aussi star internationale qui vient de passer presque deux heures avec lui. Elle aussi ne semble pas avoir envie de quitter la scène et semble émerveillée par l’amour que lui porte le public français. Comme elle le suggère pendant le spectacle, ses fans espèrent que Céline reviendra plus souvent. Une ouverture et un final humble, généreux, vocal mais doux et pur, à l’image de Céline Dion et de ce concert cadeau. La diva a tenu sa promesse en offrant un concert simple (seules quelques lumières un peu aveuglantes rappellent que l’on assiste au concert d’une diva internationale) reprenant ses plus grands succès français, des titres du nouvel album en français et quelques titres du nouvel album en anglais. On peut cependant regretter que les titres s’enchaînent parfois sans lien évident. Céline Dion, très en voix, nous surprend encore en habitant ses chansons plus que jamais et en créant une atmosphère très intime dans la grandeur de Bercy. Espérons juste que la diva reviendra.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 18:04
Elle le clame sur les plateaux américains et européens depuis plusieurs semaines, son son est neuf, son approche musicale différente, et le répertoire rafraîchi avec la crème des auteurs à la mode avec, entre autres, l’australienne Sia en tête de liste. Six ans après l’excellent Taking chances aux accents pop-rock en 2007, Céline Dion est de retour dans la langue de Shakespeare. Un retour pour le moins attendu. En effet, l’album qui ne devait contenir qu’une petite poignée d’inédits au milieu de nombreuses reprises avant que le projet ne soit, heureusement, redéfini autours de nouvelles collaborations a été reporté plus d’une fois. Annoncé pour fin 2011, puis fin 2012 dans la foulée de son excellent album français  Sans attendre, ce n’est finalement que le 4 novembre 2013 que ce nouvel opus intitulé  Loved me back to life a pointé son nez dans les bacs français. Et visiblement, même si l’attente a été très longue, elle semble avoir payé. Céline Dion fait son retour par la grande porte et prouve dans cet album aux légers accents R’n’B qu’elle n’a rien à envier à la jeune concurrence et que sa voix peut se glisser dans tous les styles.
 

 
 
La diva réussit son retour en réalisant une prouesse : séduire ses fidèles tout en aguichant un nouveau public, plus jeune. L’opus est très varié, Céline Dion se posant fièrement en chanteuse de variété, au sens noble du terme, avec une voix excellente qui, à 45 ans, peut se balader dans tous les genres. On retrouve ainsi des teintes de R’n’B, de soul, de jazz qui ponctuent un puzzle musical d’une richesse jouissive. La star se permet de se risquer à de nouvelles aventures musicales, mais sans choquer pour autant. Six après, elle se devait de frapper fort avec cette nouvelle galette, et là, c’est un coup de maître.
   
La première partie de l’opus est particulièrement accrocheuse et efficace. On y retrouve une diva au sommet de son art allant chercher des notes divines, montrant la variété incroyable de sa palette vocale mais sans toutefois jouer à la chanteuse. Car au-delà de la prouesse vocale, on retrouve l’interprète qui nous parle encore d’amour, bien évidemment. Mais ceux qui pensaient que la star avait fait le tour et que ce thème était éculé se trompent lourdement. Ces nouvelles collaborations lui permettent de trouver un nouveau souffle et de trouver la balance entre modernité et puissance vocale.
   
Loved me back to life, le premier titre de l’opus signé par celle qui avait déjà collaboré avec les plus grandes stars actuelles, à l’image de David Guetta, Rihanna, Christina Aguilera ou encore Beyonce, Sia, reflète bien cette dualité. Entre sonorités R’n’b, un beat dance et un refrain entêtant, cette balade mid-tempo au final vocal explosif, a tout d’un hit parfait, calibré pour la voix de Céline mais aussi plus dans l’ère du temps que les précédentes productions de la diva. Pour la chanteuse, qui a eu un véritable coup de cœur pour cette chanson, ce titre raconte l’histoire d’une femme dans le coma qui revient à la vie grâce à l’amour de ses proches. La star s’accorde plus de modernité dans le son mais ne s’éloigne pas vraiment de ses valeurs. Le titre s’avère très addictif.
   
La seconde piste  Somebody loves somebody est un titre très rythmé qui permet à la chanteuse de se servir d’une grande partie de sa tessiture en démarrant de très bas pour terminer dans des envolées vocales presque lyriques qui arrivent à donner le frisson dans un titre calibré pour les dancefloors. La chanson démarre de façon très intimiste avec un certain côté vintage puisqu’on semble entendre le disque tourner sur la platine puis le refrain nous invite à nous déhancher sur des rythmes plus actuels pour se clore sur la voix intemporelle parfaite de la diva. Vocalement, on semble ne pas pouvoir monter plus haut. Cette superproduction signée Audra Mae et Play Production, a un temps été pressentie pour faire office de second single. La star l’avait notamment interprétée sur plusieurs plateaux de télévision américaine, en live. Il fait partie des morceaux les plus surprenants et les plus efficaces de l’album.
   
Mais c’est le duo avec le chanteur de R’n’B Ne-Yo qui devrait, au final faire office de second single à l’international, Incredible. Le fruit de cette collaboration surprenante, bien que le chanteur ait déjà collaboré à Taking chances en 2007, était sans doute le morceau le plus attendu de ce nouvel opus. Et contre toute attente, la rencontre de ces deux talents donne un titre très agréable à écouter et ne tombe pas dans le ridicule. Si la collaboration est une vraie réussite, Ne-Yo n’utilise la diva qu’à 50% et ce duo sympathique ne provoque pas l’éclat auquel on aurait pu s’attendre à cause d’un titre manquant de surprise et de musicalité dans son instrumentation notamment. Cette balade pop R’n’B suave reste très agréable à écouter, la rencontre des deux voix fonctionnant à merveille, mais est peut-être un peu prévisible et manque de mordant. Lors de l’enregistrement du titre co-écrit par le chanteur, la diva a donné une vision très sportive de la chanson qu’elle imaginerait bien figurer pour illustrer une finale des Jeux Olympliques. Le thème de la chanson, le dépassement de soi, mais aussi la trace que l’on veut laisser de soi sur la terre, thème nouveau dans le répertoire de la star, correspond en effet très bien aux valeurs véhiculées par le sport. Très impliquée dans le processus artistique, la chanteuse s’est mise au service de la chanson en demandant à son nouvel acolyte de lui donner des conseils sur la prononciation afin d’obtenir une certaine symbiose, une certaine unité entre les deux voix. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à ce niveau là c’est réussi.
   
Water and flame, qui devait initialement être le titre de l’opus avant que la chanteuse ne jette son dévolu sur Loved me back to life, est le premier titre plus classique de l’opus. Produit par Eg White, c’est ici que l’influence du succès d’Adèle commence à se faire sentir sur le nouvel opus de Céline Dion. On sort des influences R’n’B pour retrouver un titre avec des cordes très présentes et une orchestration qui vient sublimer la voix vulnérable de l’interprète. Ce titre est une reprise d’une chanson co-écrite par le chanteur australien Daniel Merriweather, qu’il interprétait en duo avec Adele en 2009. L’interprète de Pour que tu m’aimes encore a littéralement craqué pour ce véritable hit qui était à l’époque passé inaperçu. Pour la première fois, la chanteuse se montre moins dans la performance et démarre sa chanson de façon très intimiste, la voix nouée, dans la gorge. Dans ce titre, les effets et la reverb sont minimes, la voix est brute. Néanmoins, la voix se réveille et s’énerve dans des envolées aux teintes bluesy et jazzy. La star chante avec puissance mais conserve une voix légèrement éraillée, qui se démarque de la virtuosité de l’accompagnement musical. Dans ce titre où la chanteuse joue à la femme qui a trop bu et qui ne se souvient plus du nom de l’homme avec qui elle a dormi, la voix de la star, malgré ce jeu de rôle assumé et parfaitement exécuté, dévoile des aspérités qui jusqu’ici n’avait pas été mis en avant. Cette proximité vocale, sans artifice rendent à ces envolées lyriques mais rugueuses, une certaine soul encore plus émouvante que dans des titres classiques. En live, ce titre est un véritable bijou. En s’inspirant d’Adele, sans jamais chercher à l’imiter, après trente ans de carrière, Céline Dion atteint de nouveaux sommets.
   
Breakaway, cinquième titre de l’opus, splendide balade sur fond de rupture sentimentale, servira de second single en France et en Angleterre. Un très bon choix. Le registre est très différent du titre précédent, cette balade puissante reposant sur une puissance vocale hors norme. C’est véritablement un titre de performance mais qui balade la chanteuse à travers les recoins les plus sombres des chansons d’amour. Mettre fin à une relation est toujours difficile, chante la diva comme rarement. C’est un thème assez neuf pour Céline. Elle nous balade de façon divine dans ce titre déchirant au refrain percutant et aux montagnes vocales toujours de plus en plus hautes. Avec émotion, elle va toujours plus haut et surprend sans jamais chuter mais on entend la bataille. C’est simple, on semble voir des larmes ruisseler sur le visage de la chanteuse à la première écoute de la chanson. Le talent d’interprète de Céline Dion semble se bonifier d’années en années. Elle semble tiraillée de tous les côtés par des sentiments contradictoires qui pourraient la mener à rompre. Elle nous emmène dans sa sombre histoire, dont il semble difficile de sortir tant la voix est envoûtante. A cela s’ajoute une orchestration royale mêlant habilement piano et cordes. Une recette classique mais très payante. Cette reprise de Ivy Quainoo, qui n’est pas sans rappeler l’approche musicale d’Evanescence, est l’un des titres les plus percutants de l’album et pourrait devenir, malgré sa tessiture très ambitieuse, un nouveau classique de la diva.
   
Save your soul, plus dansant et au phrasé saccadé retourne aux sons synthétiques. Ce titre est très agréable à écouter, et permet d’apporter un côté solaire plus léger que les titres précédents. C’est le petit bonbon acidulé de l’album. On peut s’en passer mais l’écouter est quand même très agréable et apaise.
   
 S’en suit Didn’t know love, une autre production d’Eg White où la chanteuse alterne entre des couplets très bas et des refrains plus hauts mais interprétés dans un filet de voix. En fait, la chanteuse se montre encore plus vulnérable que dans Water and flame. Le titre ressemble à une simple confession douce mais qui réussit à ne pas être ennuyante grâce à un rythme complexe mais libre, habile et surprenant. La voix semble se briser par moments, comme voilée. Cette chanson est un cri d’une douceur extrême et très élégante mais qui ne manque pas de rythme. C’est une des belles surprises de ce nouvel opus. La collaboration avec Eg White a été très fructueuse. Peut-on se mettre à rêver à un futur album intime avec uniquement ce collaborateur d’Adele ?
   
Sur Thank you, la voix de la chanteuse se balade, peut-être un peu trop. Cette chanson co-écrite par Ne-Yo permet à la chanteuse d’offrir quelques jolies vocalises dont les fans sont friands. Néanmoins, l’ensemble est trop répétitif et sans relief. Hormis s’il est chanté en fin de concert, comme remerciement des fans, ce titre comporte peu d’intérêt et n’est pas à la hauteur de son interprète.
   
La vraie bonne surprise de ce nouvel album dans la langue de Shakespeare est Thankful. Ce titre soul, très loin des titres R’n’B du début de l’album est un bijou. C’est sans doute le titre le plus abouti, le plus riche et le plus musical de l’album. Assez classique, le titre laisse place à toutes les possibilités de la chanteuse. Il démarre piano/voix dans un couplet assez bas où la chanteuse utilise ses aspérités vocales et s’envole dans le refrain plus orchestré. Il semble qu’Adele n’ait pas été la seule inspiration de Céline sur ce nouvel opus. Il y a du Aretha Franklin dans son interprétation de ce titre magistral qui semble tout droit sorti d’un vinyle des années 70. Le moment le plus surprenant est sans doute la reprise, juste avant le refrain. La voix semble s’envoler et littéralement toucher les étoiles. Dans ce morceau de soul, Céline déshumanise sa voix le temps d’un instant comme s’il on était en contact avec un extra-terrestre ou le ciel, avec un aigu très filé, pour ensuite mieux revenir sur terre accompagnée par une chorale gospel, support habile utilisé à bon escient, qui lui permet d’aller encore plus loin. Un vrai morceau de musicienne.
   
Dans Always be your girl, la chanteuse s’adresse à ses enfants dans un piano/voix très organique et émouvant, mais qui manque un peu d’originalité. Très classique, mais agréable à écouter en fin d’album et ne manquant pas de magie, ce titre aurait très bien pu paraître il y a plus de dix ans dans A new day has come.
Sur Unfinished songs, Céline Dion retrouve une ancienne collaboratrice, Diane Warren. Seulement, celle qui avait écrit deux grands tubes pour la Québécoise comme Love can move mountains ou Because you loved me ne réussit pas vraiment à réitérer l’exploit. Unfinished songs était une très belle chanson pour la bande originale du film Song for Marion qui racontait l’histoire d’un homme âgé qui accepte de s’inscrire à la chorale pour rendre hommage à sa femme disparue. Néanmoins, une fois dissociée du film et confrontée aux superproductions plus actuelles de Sia, Ne-Yo et Eg White, le titre semble perdre de son intérêt. Les chœurs et la réorchestration, plus synthétique dans ce titre assez classique, pour la version de l’album n’arrange rien. Reste la voix impeccable de la chanteuse.
   
Si les titres inédits ont chacun leur raison d’être sur cet opus et s’avèrent pour la grande majorité très réussis, les reprises issues du nouveau spectacle que la star donne à Las Vegas depuis 2011 n’ont pas grand-chose à faire ici. Pire, elles semblent affaiblir l’ensemble. Non pas qu’elles soient mauvaises, loin de là, mais l’intérêt de présenter quatre reprises sur la version Deluxe quand les fans attendent cet opus depuis six ans semble mince.
   
D’autant plus que plutôt que de présenter des enregistrements des versions live ou du moins de l’orchestration du spectacle de Las Vegas qui cartonne avec 31 musiciens sur scène, la chanteuse et son équipe ont préféré enregistrer de nouvelles versions de ces reprises. Résultat : on ne retrouve pas en studio la magie du live. Chercher à ajouter des petites touches R’n’B à ces reprises ne semble pas toujours approprié et on sent que la star cherche à se renouveler en apportant des nouveautés dans son interprétation mais perd en route la spontanéité du live. Les versions studios de At seventeen, Overjoyed (en duo avec Stevie Wonder) et How do you keep the music playing restent néanmoins agréables à écouter. Seule la très émouvante reprise finale de Billy Joel, Lullabye (Goodnight, my angel) réussit à se démarquer, notamment grâce à un pont musical très efficace grâce un orgue nous transportant de façon divine dans un tourbillon émotionnel impressionnant repris par la douceur de la voix de la diva mais aussi, et surtout ici, de la maman.
   
Il y a un an la star de Las Vegas livrait Sans attendre, un album en français très intime, à contrepied de toutes les modes de la musique actuelle et réussissait à séduire 1,5 million de fans. C’est l’une des seules artistes à avoir deux carrières : une en français et une en anglais, dans des styles bien différents, tout en restant toujours sincère. Et pour séduire à l’international, cette fois, elle arrive à se faire une place dans un registre plus moderne, tout en restant elle-même. Céline Dion réussit son come-back en anglais avec un album très varié mais aussi son entrée dans un registre plus R’n’B qu’à l’accoutumée. Elle rappelle qu’elle est l’une des plus grandes chanteuses au monde et se paye le luxe de nouvelles collaborations très productives. Seule la présence de quelques reprises qui manquent d’éclat plombe un peu le dynamisme de ce nouveau disque. Mais on peut constater qu’aucun style ne semble lui résister. L’artiste réussit à faire une balance très habile entre tubes rythmés à l’accompagnement plus synthétique (Loved me back to life, Somebody loves somebody) et balades plus classiques efficaces (Water and a flame, Breakaway, Thankful) sans jamais décevoir. De quoi séduire vraiment tous les publics.  
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 15:41

 

Céline Dion est de retour en France pour une série de concerts qui se joue à guichets fermés à Paris-Bercy du 25 novembre au 5 décembre prochain. Mais avant d’aller en Belgique pour entamer cette courte tournée européenne, la star québécoise a décidé de marquer le coup en venant présenter Loved me back to life sur les plateaux de télé français. Le planning promotionnel est impressionnant. C’est par l’émission de Natasha St Pier Les chansons d’abord sur France 3, dont elle est la marraine, que la star a débuté sa tournée des plateaux télé. Comme environ 200 personnes, nous avons pu assister au tournage de l’émission.

 

 

L’enregistrement avait lieu le 12 novembre dernier au Studio Les Lilas à Pré-Saint-Gervais. La chanteuse est arrivée aux alentours de 19h30 dans un fourgon aux vitres teintées. A l’intérieur, en plus des répétitions, elle devait répondre aux questions de Vincent Cerruti. L’animateur de Danse avec les stars l’attendait pour enregistrer une interview radio qui sera diffusée vendredi sur RFM.

Ce n’est qu’aux alentours de 21h30 que le tournage de cette émission exceptionnelle a pu débuter, mais sans Céline Dion. Vincent Niclo et Tal sont venus chacun leur tour enregistrer leur chanson de promotion puis Natasha St Pier, qui présente l’émission a enregistré des lancements de sujets en s’adressant à Céline Dion alors que celle-ci n’était pas encore entrée sur le plateau.

 

Ce n’est qu’à 22h10 que le tournage classique de l’émission a pu débuter avec une Céline Dion extrêmement généreuse, contente d’être là. L’émission s’ouvre sur le titre S’il suffisait d’aimer, entonnée par la troupe de l’émission. C’est la diva elle-même qui viendra terminer la chanson, au plus grand bonheur des fans, déchaînés. Comme c’est la coutume de l’émission, une fois installés dans le canapé, chacun des chanteurs de la troupe a interprété un des titres de la star. La chanteuse était très à l’écoute des artistes et parfois même émue, notamment lorsque Lisa Angel a brillamment interprété Ce n’était qu’un rêve ou plus tard quand Sonia Lacen, découverte dans The Voice a interprété l’une des chansons les plus dramatiques du répertoire de Céline, Vole. Cependant, on peut regretter que la chanteuse n’ait pas souvent joint sa voix à celles des jeunes chanteurs, qu’elle préférait visiblement écouter avec tendresse, comme une spectatrice privilégiée à qui l’on offre ces chansons comme des cadeaux. Elle a aussi été séduite par la voix très rauque de Flo Malley, une voix qu’elle n’a pas et qu’elle ne peut pas avoir sans risquer de blesser sa voix. « On est jaloux » a-t-elle répété à plusieurs reprises.

 

La star a ensuite été invitée par Natasha St Pier à rejoindre la scène pour interpréter le tube de son dernier album français Sans attendre, Parler à mon père. Après s’être  brièvement entretenue avec Valérie Michelin, qui gère sa promotion en France, elle a donc interprété ce titre (en playback visiblement). A noter que la chanteuse n’utilise pas le même micro pour les séquences parlées et pour les séquences consacrées à ses singles. C’est en effet sur pied et avec un micro noir avec fil qu’elle a interprété ses deux chansons.

 

Lors des coupures, la chanteuse s’est révélée très drôle avec le public et leur a offert des moments cocasses très rares. Elle a plusieurs fois mis l’ambiance en se lançant spontanément sur un C’est bon pour le moral de la compagnie créole repris par l’ensemble du public mais aussi par une improvisation, spontanée elle aussi, sur English man in New York de Sting. L’ensemble de la troupe s’est mise à chanter avec elle, la chanteuse, ne connaissant pas toutes les paroles, les a laissé poursuivre le titre et s’est mise à danser sur la musique, pour le plus grand bonheur des fans présents. Un moment montrant une autre facette de la personnalité de la chanteuse mais qui risque fort de disparaître au montage.

 

 

Un autre moment cocasse a été particulièrement drôle. Un long fou-rire quasi interminable a éclaté entre Vincent Niclo et Céline Dion. Alors que Natasha St Pier demandait à Vincent Niclo d’évoquer la nouvelle édition de son album, celui-ci a  évoqué le calendrier qui était offert avec cette nouvelle version. Il a néanmoins précisé qu’il ne s’agissait pas d’un calendrier de nu. Une précision qui a fait éclater Céline de rire. Avec humour, il a proposé à la star dont il fait la première partie de faire un calendrier de nu : « Un mois chacun ». « Je ferai les mois froids » a d’abord prévenu Céline. « Mais tu ne seras pas plus habillée pour autant » lui a répondu le ténor dans un éclat de rire général. Un moment irrésistible, à tel point que Natasha St Pier avait du mal à retrouver le sérieux de ses invités pour poursuivre l’émission.

 

Céline a terminé pliée de rire par terre. « Je n’ai jamais autant ri » déclarait-elle au public présent dans le studio. La bonne entente entre les deux artistes était évidente. La star de Las Vegas est même allée jusqu’à mimer les poses qu’elle pourrait prendre pour cet éventuel futur calendrier. C’est alors que Vincent Niclo a déclaré : « Ce n’est pas le temps des cathédrales, mais c’est le temps du nu intégral », ce qui a relancé le fou-rire.

 

(photos Facebook)

 

Alors que l’on pensait ce moment totalement délirant terminé, lorsque Céline Dion raccompagnait Vincent Niclo, un caméraman sur le plateau est tombé, déclenchant à nouveau les rires de tous bords, si bien que les deux chanteurs se sont assis sur la scène et Natasha St Pier les a rejoints et a mis fin à ce moment qui pourrait devenir culte à condition qu’il ne disparaisse pas au montage. Une fois Vincent Niclo parti et le fou-rire terminé, Céline très polie et bien loin des caprices de diva est allée demander au caméraman s’il allait bien.

 

Un medley des plus grands tubes de l’ère Goldman a également été enregistré et Céline a rejoint la troupe sur la fin de Dans un autre monde pour un final très puissant. La chanteuse joue le jeu et tient la note en live.

 

Pour clôturer cette jolie émission, Céline a interprété pour la première fois en France son nouveau single anglais Loved me back to life, en semi-live. La chanteuse a démarré la chanson écrite par Sia a cappella, dans la tonalité originale, mais était ensuite soutenue par une bande son contenant sa propre voix.

 

Très efficace, la star n’a enregistré ses chansons qu’une seule fois sans faire de demande particulière à la production. Seule la réponse à une question a été enregistrée deux fois, la chanteuse ayant dit S’il suffisait d’aimer à la place de Pour que tu m’aimes encore.

 

L’émission s’annonce très réussie, même si celle qui s’apprête à remplir Bercy à la fin du mois a peu chanté au final. La star surprend par sa simplicité, sa générosité et son indulgence. Cependant l’interview se révèle sans grande surprise, même si l’interprète de  Je sais pas révèle qu’elle aimerait bien un jour se produire dans des pays où elle n’est jamais allée comme le Maroc.

 

Quand Céline a quitté le plateau en remerciant le public et en lui faisant des signes de la main, il était presque minuit. L’émission Les chansons d’abord spécial Céline Dion, produite par Carson Prod, sera diffusée le dimanche 1er décembre à 17h sur France 3.

Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 10:54
Le 4 novembre dernier, Céline Dion a sorti  Loved me back to life, son premier album en anglais depuis six ans. Si l’an dernier, la Québécoise avait marqué les esprits avec des duos surprenants avec Johnny Hallyday et le regretté Henri Salvador sur Sans attendre, elle propose sur son nouvel opus deux nouveaux duos étonnants dans la langue de Shakespeare, avec Stevie Wonder mais aussi avec le chanteur R’n’B Ne-Yo. Le titre devrait faire office de second single.
 

 
Incredible, c’est le titre de la chanson sur laquelle Céline Dion et Ne-Yo ont décidé de mêler leurs voix. Le chanteur vient ainsi rafraîchir le répertoire de la chanteuse dans cette balade pop R’n’B suave, très agréable à écouter, la rencontre des deux voix fonctionnant à merveille, mais peut-être un peu prévisible et manquant de mordant. Lors de l’enregistrement du titre co-écrit par le chanteur, qui avait déjà collaboré sur le précédent opus anglais de la star de Las Vegas, Taking chances, la diva a donné une vision très sportive de la chanson qu’elle imaginerait bien figurer pour illustrer une finale des Jeux Olympliques. Le thème de la chanson, le dépassement de soi, correspond en effet très bien aux valeurs véhiculées par le sport. Très impliquée dans le processus artistique, la chanteuse s’est mise au service de la chanson en demandant à son nouvel acolyte de lui donner des conseils sur la prononciation avait d’obtenir une certaine symbiose, une certaine unité entre les deux voix. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est réussi.
 

 
La complicité entre les deux artistes est là et s’entend. L’énergie et la bonne humeur qui découle de ce titre devrait réussir à séduire les radios, bien loin des balades romantiques à laquelle la star québécoise nous avait habitués. La diva se balade dans ce titre comme si le R’n’B était son répertoire de prédilection, sans mettre de côté sa voix d’or, qui donne du relief à ce titre un peu fade et manquant légèrement d’envergure.

 
Néanmoins ce titre a l’avantage d’un rythme agréable à suivre et d’avoir un refrain entêtant. C’est sans doute pour cette raison que l’équipe de la chanteuse aurait choisi ce titre comme deuxième single. Le chanteur vient, en effet, de confirmer sur son compte Twitter qu’Incredible serait le nouveau single de Céline Dion. Une information qui n’est pas surprenante puisque le chanteur avait, dès juillet dernier, fait le déplacement au Québec pour enregistrer ce duo avec la diva pour l’émission spéciale Le Banquier qui a été diffusée sur TVA le 3 novembre dernier. Reste à savoir si un clip sera proposé pour cette nouvelle chanson, sans quoi le titre pourrait passer inaperçu.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 20:26
Depuis le 4 novembre dernier,  Loved me back to life,  le nouvel opus anglais de Céline Dion est dans les bacs. Le premier single du même nom avait été dévoilé le 27 juillet dernier lors d’un concert exceptionnel au Québec et est disponible dans sa version studio depuis début septembre. Seulement, la star a fait une promotion assez étrange en enchaînant les live et les interviews sur les plateaux pour présenter sa nouvelle approche musicale mais sans proposer de clip vidéo. Une véritable prise de risque qui n’a pas aidé le titre à se faire connaitre et à grimper dans les charts malgré le fait que la chanson écrite par Sia soit accrocheuse et surprenante. Mais depuis mi-octobre, l’équipe de la chanteuse a décidé de mettre le turbo du marathon promo en dévoilant, entre autres, Somebody loves somebody, une autre pépite du nouvel album de la star.

 
C’est au site du célèbre blogueur américain Perez Hilton que Céline Dion a accordé l’exclusivité de son nouveau titre Somebody loves somebody. Le blogueur ne tarissait pas d’éloges sur ce titre up-tempo. On pouvait ainsi lire : « it's soooo good!! » (« c’est si bon ! »). Rapidement, le groupe de fans de la star The Red Heads a proposé sa propre vidéo lyric sur YouTube. Une vidéo qui été vue plus de 50 000 fois en quelques jours, avant que YouTube ne décide de fermer le compte du groupe, pour des questions de droits. La chanson qui rencontrait un véritable succès sur la toile a ensuite été postée sur le compte Vevo officiel de la chanteuse.
 

 
Ce titre est l’un des plus percutants du nouvel opus de la star. Très rythmé et dansant et arborant un son novateur dans lequel la voix de  l’interprète du très classique My heart will go on n’est pas dissimulée derrière la musique synthétique, bien au contraire, ce titre semble être la bonne équation entre modernité et puissance vocale. Sa voix est mise en valeur comme rarement et joue sur l’écart impressionnant entre la tonalité très basse des couplets et les envolées quasi-lyriques qui terminent cette chanson de façon majestueuse. L’étendue vocale de la chanteuse semble interminable et c’est jouissif de l’entendre jouer de son instrument avec toutes les cordes de son arc jusqu’à en questionner les limites. Cette production signée Audra Mae et Play production semble s’inscrire dans la lignée des chansons dance up-tempo qui courent les radios et le haut des charts de nos jours mais il faut bien avouer qu’on imaginerait mal Rihanna ou Britney Spears atteindre des notes aussi hautes et avec une telle virtuosité. Céline Dion fait de ce potentiel tube, aux accents dance acidulé et coloré, une véritable ode à l’art vocal sans lui retirer sa bonne humeur. Ce titre très efficace et au rythme enivrant a tout le potentiel d’un tube et d’un futur single.
 

 

 
La star l’a d’ailleurs interprété en live deux fois à la télévision américaine. Néanmoins, il n’était étonnamment pas au programme du concert intime exceptionnel que la chanteuse a donné à New-York devant seulement 200 fans le 29 octobre dernier. Il y a quelques jours René Angélil a confié au Journal de Montréal que Somedy loves somebody pourrait faire partie des quelques titres de Loved me back to life qui intégreront la tracklist du spectacle de Céline à Las Vegas. Est-ce que Céline fera la surprise de la chanter également pour le public français ? Réponse à Paris-Bercy à la fin du mois où la star donnera une série de 7 concerts exceptionnels du 25 novembre au 5 décembre prochain.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 19:30
En plus de trente ans de carrière, Céline Dion a fait le tour du monde dans les plus grandes salles et les plus grands stades. Celle qui a vendu plus de 220 millions d’albums a été aussi la première chanteuse à se produire deux soirs de suite au Stade de France en 1999 devant 160 000 personnes. Le 27 juillet dernier, elle se produisait devant plus de 42 000 personnes sur les Plaines d’Abraham au Québec, sa terre natale. Autant dire que celle qui se produit depuis 2003 à Las Vegas dans un théâtre de plus de 4000 places, une salle qui pour cette star internationale est déjà intime, n’a depuis de nombreuses années plus l’habitude des petites salles. Le temps où les québécois venaient manger au Vieux Baril, le restaurant des parents de la star, pour voir chanter la petite Céline est révolu. C’est pourquoi, chaque prestation télévisée ou concert intime de la chanteuse sont très prisés par les admirateurs.
 
 
 
 
La date du 29 octobre 2013 est donc devenue une date historique pour les fans de la diva. Peu habituée aux petites salles, la chanteuse a accepté de donner un court concert exceptionnel au théâtre Edison Ballroom de New York. Seulement 200 personnes environ sélectionnées sur concours ont eu le privilège d’assister à ce show intime exceptionnel organisé par la marque Pandora et la maison de disques de la star, Sony. Cela faisait très longtemps que la chanteuse ne s’était pas produite en spectacle dans une si petite salle, si proche du public. Une configuration que l’on aurait davantage tendance à réserver aux chanteurs de rock qu’à la chanteuse de variété à la voix d’or qu’est Céline Dion. A tort.
 
Céline Dion a lancé le 4 novembre dernier son nouvel album anglais Loved me back to life et a décidé de le promouvoir sans clip vidéo, en prenant le risque de ne pas suivre la mode du buzz, et en se focalisant sur sa nouvelle approche musicale et les live. Après avoir défendu en live sur les télévisions américaines son nouvel opus, la star s’est attaquée à la scène en proposant ce concert très intime, assez inattendu. C’est entre autres pour présenter et défendre quelques titres de son nouvel album que la chanteuse a décidé d’offrir ce mini-concert exceptionnel à 200 fans surexcités et plusieurs blogueurs américains influents parmi lesquels le célèbre Perez Hilton qui a ensuite commenté le concert et la chanteuse de façon très élogieuse.
 
   
 
L’interprète de Parler à mon père est entrée parmi la foule, comme pourrait le faire Johnny Hallyday, chose, là encore, exceptionnelle pour la chanteuse. Elle a ensuite proposé de nombreux classiques, qu’elle interprète déjà sur la scène de Las Vegas devant une salle très chantante mais a aussi interprété trois titres issus de son nouvel album : le single-titre Loved me back to life, Water and a flame sur laquelle elle excelle tant vocalement que dans l’attitude, et où le public lui permet de se remplir d’une jolie folie douce, et la reprise At Seventeen. Rayonnante, les cheveux lâchés à l’image du sentiment de liberté qui semble régner, vêtue de blanc et d’une veste dorée, la star semble heureuse de pouvoir proposer un show très musical où elle est libre de toute mise en scène superflue et peut être au plus prêt de ses fans. Le plus beau des cadeaux que la star a pu faire ce soir-là est une interprétation unique de My heart will go on. La bande originale du film Titanic est depuis 1997 toujours l’un des moments-clés des shows de la diva.
 
C’est souvent pour elle le moment d’enfiler la plus belle robe de la soirée pendant que ses vocalises (pré-enregistrées donc) résonnent et que l’effervescence monte parmi le public et ce n’est souvent qu’au moment où la flûte de pan fait son apparition que la diva fait également la sienne avec beaucoup de grâce et entame l’un des titres les plus célèbres de tous temps. Mais pour ce show exceptionnel, pas de robe de soirée, pas de sortie de scène et de faux rappel.
 
Pour la première fois, 15 ans après la sortie de son plus grands succès, Céline accepte de bousculer les codes qu’elle a elle-même créés et chante les vocalises du début de ce hit mondial face au public, a cappela, à la perfection. Cette voix qui a fait crié les stades pendant des années pour ces quelques vocalises annonçant l’arrivée du temps fort du spectacle est donc devenue une réalité pour ces quelques fans qui ont pu assister à cette interprétation divine et unique de cette introduction à la voix habituellement volatile et irréelle, qui prenait forme sous leurs yeux. Un moment qui restera à coup sûr marqué dans le cœur des fans de celle dont les spectacles sont habituellement si millimétrés. Comme quoi, la chanteuse de 45 ans peut encore surprendre, même ses plus fidèles.

 
Pour un concert qui avait pour mission de présenter le nouvel album anglais de la star, Loved me back to life, les fans étaient en droit à s’attendre à davantage de titres de ce nouvel opus, la tracklist reposant en effet essentiellement sur les grands succès passés anglais de la Québécoise. 12 titres ont été interprétés dans ce concert d’environ 45 minutes :
It's All Coming Back To Me Now
The Power of Love
Where Does My Heart Beat Now
Because You Loved Me
The Reason
Water and a Flame
Loved Me Back To Life
At seventeen
All By Myself
Love Can Move Mountains
River Deep Mountain High
My Heart Will Go On
 

 
 
 

 
 

 
 
Néanmoins, cette performance inédite reste un moment unique où la chanteuse était en communion parfaite avec ses fans et sa musique, dans une forme physique et vocale époustouflante. Des moments simples et sincères que l’on voudrait que la diva offre plus souvent. D’ailleurs, il n’est pas impossible qu’il y ait un avant et un après ce concert intime exceptionnel à New-York et que la star renouvelle l’expérience. En effet, RTL a pu assister au concert et interroger la star à l’issue de celui-ci. Et la chanteuse semblait ravie de ce moment : « Quel bonheur de chanter pour les gens. Ils chantaient pratiquement plus fort que moi, raconte-t-elle. C'est vraiment un gros cadeau d'être si près, c'est pas donné souvent. C'était vraiment un plaisir extraordinaire ce soir ».
 
Bientôt un concert-intime en France ? Les fans français en rêvent et la star avait évoqué l’envie de faire des salles comme l’Olympia dans une interview sur Europe 1, l’an dernier. Mais en attendant la diva propose une série de concerts exceptionnels à Paris-Bercy du 25 novembre au 5 décembre prochain, après deux concerts à Anvers, en Belgique. Des concerts déjà complets depuis plusieurs mois.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 17:29
C’est le grand retour de Céline Dion dans la langue de Shakespeare après six ans d’absence. Et pour ce retour la plus québécoise des stars internationales a décidé de s’offrir les services des auteurs les plus en vogue parmi lesquels Sia, la chanteuse australienne, auteure du fameux Diamonds de Rihanna. Cette collaboration s’intitule  Loved me back to life, un titre mid-tempo très moderne, qui a été préféré à Water and a flame comme locomotive de l’album. L’album désormais attendu pour le 4 novembre en France s’intitule aussi Loved me back to life. Seulement, ce single qui a séduit la critique n’a pas vraiment rencontré son public et n’a toujours pas de clip, ce qui inquiète les fans de la star de Las Vegas. Aucun clip ne serait prévu pour ce single.
 

 
Ce titre devait être la locomotive de l’album et il est pour le moment passé quasiment inaperçu. Révélé à la fin du concert exceptionnel de Céline Dion sur les Plaines d’Abraham de la ville de Québec le 27 juillet dernier, ce titre frais, moderne et au refrain entêtant avait marqué les esprits et agréablement surpris le public. Les commentateurs avaient aussi salué un son plus moderne. Seulement, la mise en place du titre sur le marché a tardé. Ce n’est que le 3 septembre dernier qu’il a été mis à la disposition des radios et du public sur les plateformes de téléchargement légales.
 
Si la plupart des chanteurs américains lancent dans la foulée une vidéo lyric ou un véritable clip, Céline Dion se démarque et ne propose rien d’autre que la chanson pure et simple avec le visuel du single comme seul support de diffusion pendant de longues semaines. Dans l’inquiétude et voyant le nouveau single de leur star préférée chuter dans les charts français comme internationaux, un groupe de fans, les Red Heads, avait décidé de réagir et de lancer une opération « #promoteceline » sur les réseaux sociaux pour mettre fin à l’indifférence générale qui régnait face à ce nouveau single, pourtant dans l’air du temps. Les fans déploraient surtout le manque de clip. En effet, à chacun de ses opus en anglais, la star avait habitué ses fans et les médias à fournir au moins un clip.
 

 
Si fin septembre, lors de l’opération de promotion lancée par les fans, les inquiétudes pouvaient être légitimes, Sony a depuis repris la communication en main et offert aux fans et aux médias du matériel visuel autour du single. C’est près d’un mois après la sortie du single qu’une vidéo de l’enregistrement de Loved me back to life a été mise en ligne et dans laquelle la star est radieuse et fait danser ses gardes du corps sur le tube qu’elle vient d’enregistrer. Elle semble d’ailleurs très fière de ce nouveau single. Quelques jours auparavant, sur le compte Vevo de la chanteuse une vidéo du live de la chanson au Québec avait été postée. Et c’est ce qui semble au final servir de clip.
 

 
Le 15 octobre dernier, un mois et demi après la sortie de la chanson, une vidéo lyric a enfin été postée sur le compte Vevo de la star. Ce type de vidéo a pour habitude de faire découvrir la chanson aux fans et de les faire patienter en attendant le clip. Mais, près de deux mois après sa sortie, est-ce que les fans peuvent encore espérer voir un clip de Loved me back to life ? Alors que le lancement de la chanson s’est fait sans aucun support vidéo, voilà qu’il y en a aujourd’hui trois mais toujours pas de clip. La promotion de la chanteuse reposant sur des interviews et sur deux live à la télévision américaine ne paye pas pour le moment. Les premiers résultats du titre dans les charts sont plutôt décevants. Alors peut-on encore attendre un clip pour relancer la curiosité du public ?
 
Visiblement, non. Lors du press junket organisé à Miami début octobre, le journaliste de Télé 7 jours, Jérémy Parayre, aurait posé la question et la réponse serait négative. Le journaliste a confié sur son compte Twitter le 3 octobre dernier : « Céline Dion ne devrait pas tourner de clip pour le single Loved me back to life pour le moment. La vidéo live a été envoyée aux TV ». Ainsi, la vidéo live fait donc office de clip.
 
La forte présence médiatique de l’interprète de My heart will go on ces prochains jours aux Etats-Unis et notamment dans le show de Jimmy Fallon, le 28 octobre prochain, devrait permettre au single de remonter dans les charts américains.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 16:22
Fin août dernier, Céline Dion surprenait ses fans en faisant son arrivée sur le réseau social Twitter. Une arrivée qui laissait présager une communication beaucoup plus directe entre celle qui se décrit toujours comme « un livre ouvert » et ses fans. Seulement, force est de constater que la star n’a pas vraiment joué le jeu de la proximité avec ses 100 000 followers et que son compte officiel n’est qu’un relai promotionnel de la sortie de son nouvel album Loved me back to life qui pointera dans les bacs français le 4 novembre prochain. La chanteuse répond aux critiques.
 
 
Le 4 novembre prochain, Céline Dion revient avec son nouvel album anglais Loved me back to life, six ans après son précédent opus en anglais. La promotion de ce nouvel album était l’occasion pour la chanteuse de faire son apparition sur le réseau social mondialement connu, Twitter. Comme le son de l’album est plus moderne, la communication devait l’être aussi. Cette arrivée de Céline Dion sur Twitter était une véritable surprise pour ses fans qui avaient déjà pu l’entendre dire à plusieurs reprises en interview qu’elle n’était pas du tout connectée aux réseaux sociaux et qu’elle ne semblait pas du tout avoir envie de s’y mettre.
 
Pourtant, surprise, le 22 août dernier quand la chanteuse twitte « Hello Twitter! How are you? Excited to talk to you more... » et annonce ainsi son arrivée sur le réseau social. Le message était aussi accompagné d’une très courte vidéo dans laquelle la chanteuse annonçait en anglais son nouvel album sur le réseau social de mini-vidéos Vine. Cette arrivée inattendue sur les réseaux sociaux avait suscité un buzz médiatique important. Tous les sites Internet people ou non avaient repris cette information qui laissait supposer que la chanteuse allait régulièrement informer ses fans de son quotidien de chanteuse et de mère, et publier peut-être des vidéos de répétition ou de ses enfants voire de répondre à certaines questions de ses fans comme le font certains artistes plus jeunes qui utilisent les réseaux sociaux de façon quasi-quotidienne pour se rapprocher de leurs fans.
 
Seulement, la chanteuse a visiblement choisi de ne pas jouer véritablement le jeu des réseaux sociaux, à tel point que l’on pourrait se demander quel est l’intérêt d’avoir accepté d’ouvrir un compte si elle ne souhaite pas prendre le temps de l’alimenter. Rapidement, Julie Snyder, amie et productrice des DVD de la star, a révélé que Céline Dion ne gérait pas elle-même son compte mais qu’il était géré avec son accord par sa maison de disques, Sony Music Toronto. Hormis une photo des coulisses de la conférence de lancement de Loved me back to life, Céline Dion, dont le compte est suivi par près de 100 000 personnes quand celui d’autres personnalités internationales en fédère plusieurs millions, n’a pas véritablement adapté sa communication à ce qui peut se faire actuellement.
 
Les journalistes présents à la conférence de presse de Loved me back to life début octobre n’ont pas manqué de le lui faire remarquer et de l’interroger sur le sujet. Comme le relate Radio-Canada, la chanteuse, après avoir précisé que personne ne « tweete » à la maison, pas même René-Charles, résume de façon plutôt drôle son point de vue sur Twitter : « On en dévoile déjà pas mal sur nos vies, remarque-t-elle. S'il fallait en plus qu'après les spectacles et les entrevues, je "tweete" ce que j'ai mangé pour souper, ce serait quelque chose ».
 

 
L'équipe de la star semble moins détendue que la chanteuse vis-à-vis de Twitter : « Elle ne va pas sur Internet, elle n’a pas de téléphone portable. Donc on ne veut pas et elle ne veut pas fabriquer du contenu qui ne la représente pas bien » déclare un membre de la production à Radio Canada. La journaliste explique d’ailleurs à l’antenne : « Son équipe de production explique qu’ils ne sont pas maîtres en matière de réseaux sociaux et qu’ils ne veulent pas dénaturer non plus la signature de Céline Dion ».
 
Le meilleur mode de communication reste donc pour l’interprète de Pour que tu m’aimes encore les émissions de télévision. Puisque les nouveaux réseaux sociaux ne semblent pas être son arme fatale, il y a fort à parier que sa présence médiatique sera gigantesque dans les prochaines semaines, lors de sa venue pour ses concerts parisiens à Bercy notamment du 25 novembre au 5 décembre prochain.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 12:57
Mêmes causes, mêmes effets ? Comme pour le lancement de Sans attendre, il y a à peine un an, Céline Dion a organisé début octobre un press junket géant auquel étaient conviés près d’une centaine de journalistes venus de près d’une quinzaine de pays. Pour présenter son tout nouvel album en anglais Loved me back to life, Céline Dion n’a pas vraiment le temps de parcourir le monde en trois jours donc c’est le monde qui vient à elle.
 
 
 
Le 1er octobre 2012, Céline Dion recevait dans son golf du Québec plusieurs dizaines de journalistes pour réaliser une quarantaine d’interviews pour le lancement de Sans attendre. Une opération de promotion intensive qui avait permis au nouvel album français de la diva québécoise de se hisser au sommet des charts et de rencontrer un succès inattendu avec près d’1,5 million d’exemplaires d’albums vendus à travers le monde. Pour renouer avec le succès, en anglais, cette fois, l’équipe de la chanteuse a décidé de réitérer cette recette qui a fait ses preuves en organisant cette fois un immense press junket. Un grand événement promotionnel, à échelle internationale et sur plusieurs jours, si particulier que Sony Music, la maison de disques, n’hésite pas à le qualifier de « première ».
 
Il était en effet grand temps pour la maison de disques de la chanteuse de frapper fort. Plombé par une promotion quasi-inexistante et une absence de clip inexplicable, à tel point qu’un groupe de fans avait décidé de lancer une opération « #promoteceline » sur les réseaux sociaux, Loved me back to life, le single-titre de l’album est sorti dans la plus grande discrétion et n’a pas fait d’étincelles dans les charts. Pourtant, la nouvelle direction musicale de la chanteuse qui collabore avec Sia, qui a notamment travaillé avec David Guetta ou Rihanna aurait dû permettre à la chanteuse d’élargir son public et de séduire notamment les plus jeunes mais encore faudrait-il qu’ils soient au courant que cette chanson existe. Mais la partie n’est pas encore perdue, loin de là. Il n’y a d’autre possibilité que de tout faire pour renverser cette tendance négative. Après six ans d’absence dans la langue de Shakespeare et le souvenir de l’excellent album pop-rock Taking chances en 2007, La diva doit revenir au top et Sony l’a bien compris donc à grande ambition, on met les grands moyens.
 
L’idée de convoquer les journalistes du monde entier pour leur parler du nouvel album anglais plusieurs semaines avant sa sortie n’est donc pas de trop et est même la bienvenue. C’est dans un hôtel de Miami, en Floride, que les médias ont été reçus dès le 30 septembre dernier. Ils ont d’abord pu assister à des projections de sessions d’enregistrement inédites du nouvel album de la star de Las Vegas comme l’explique Le Journal de Montréal : « Les journalistes présents ont aussi pu assister à la projection d’un document audiovisuel relatant l’enregistrement de ce disque, qui est son 32e en carrière. Des images qui permettent de voir l’idole québécoise dans un tout autre contexte, alors qu’elle travaille en studio ».
 
Venus de 14 pays (dont le Canada, l’Afrique du Sud, la Pologne, le Japon, l’Australie, l’Allemagne et l’Espagne), les journalistes n’ont eu que 10 minutes pour interroger la star québécoise. Un exercice qui permet de mettre en avant l’album et de ne pas s’étendre sur d’autres sujets. Céline a d’abord répondu aux questions des télévisions le 30 septembre, à celles des radios le 1er octobre puis à celles de la presse écrite le 3 octobre. Certaines interviews ont déjà été diffusées mais le but de l’exercice était de mettre en boîte des interviews pour une diffusion juste avant la sortie de l’album. Pour la France, il faudra donc attendre début novembre pour découvrir Céline au journal de 20 heures de TF1 ou dans Must Célébrités, le nouveau magazine people d’M6.
 
Lors de ces différentes entrevues, la chanteuse s’est évidemment confiée davantage sur son nouvel album et notamment sa collaboration avec l’australienne Sia dont son fils René-Charles ne revient toujours pas car il juge que sa mère n’est pas aussi « cool » que Rihanna mais aussi sur les raisons du retard de l’album. La somptueuse maison de Floride que la star a mise en vente pour 72,5 millions de dollars prend également beaucoup de place dans ces interviews. Souvent, la Québécoise est aussi invitée par les journalistes à donner son point de vue sur la nouvelle génération d’artistes que représente Miley Cyrus ou Britney Spears.
 

 
 

 

 

 
Ce press-junket semble être une étape essentielle dans le processus de lancement de Loved me back to life. Céline tente de moderniser son répertoire et sa façon de chanter. Il serait dommage que ce nouvel opus tant attendu passe inaperçu. Plus moderne qu’à l’accoutumée, la diva s’offre un son plus Rnb et de nouveaux duos très attendus avec le rappeur Ne-Yo et Stevie Wonder. L’album arrive dans les bacs français le 4 novembre prochain. L’opération promotion ne fait donc que commencer. La chanteuse devrait présenter plusieurs chansons de ce nouvel opus dans un concert privé face à une poignée de fans américains le 29 octobre prochain à New-York.
 
La France s’apprête à recevoir Céline Dion fin novembre pour une série de 7 concerts exceptionnels à Paris Bercy. Des concerts qui affichent tous déjà complets. La venue de l’interprète de My heart will go on sera aussi certainement l’occasion pour la star de courir les plateaux de télévision pour présenter Loved me back to life.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 22:37
Après l’énorme carton surprise de son dernier album en Français Sans attendre, qui s’est écoulé à près de 1,5 million d’exemplaires, la star québécoise est de retour avec un nouvel album en anglais intitulé Loved me back to life. Le successeur de l’excellent Taking chances, maintes fois reporté, arrivera pour de bon dans les bacs français le 4 novembre prochain. Il était donc logique que la chanteuse dévoile et mette en vente digitale son nouveau single du même nom que l’album le 3 septembre dernier. Pourtant, malgré l’immense notoriété de la star, la chanson n’a fait qu’une entrée timide dans les charts. Face à un manque de promotion inexplicable pour ce nouveau single anglais après six ans d’absence, ses fans ont décidé de réagir.
 
  

 
 
Le nouvel album anglais de Céline Dion est l’un des disques les plus attendus de l’année. Intitulé Loved me back to life, il arrivera dans les bacs avec près de deux ans de retard : le 4 novembre en France, le 5 pour les Etats-Unis. Pour démarrer la promotion de ce nouvel album tant attendu, la star, qui a signé pour une nouvelle série de concerts à Las Vegas jusqu’en 2019, a enfin décidé de sortir un premier single, une chanson signée par l’australienne Sia Furler. Ce nouveau titre dynamique et mid-tempo a surpris la presse et les fans qui ont tout de suite adhéré. Avant d’officialiser la sortie de ce nouveau single, la diva avait testé ce nouveau morceau pour la première fois lors de son concert unique dans la ville de Québec sur les Plaines d’Abraham, le 27 juillet dernier. Le titre qui permet à la chanteuse de mêler émotion et puissance vocale avait été accueilli sous les acclamations des 42 500 personnes d’un public littéralement sous le charme. Ce titre moderne et frais avait été très bien accueilli par les fans et la critique et laissait donc présager un nouveau carton assuré. La collaboration entre la plus grande vendeuse d’albums au monde et l’une des auteurs les plus en vogue du moment, qui a déjà collaboré avec les plus grands artistes actuels tels Beyoncé, Rihanna, Christina Aguilera ou encore David Guetta allait être couronnée de succès, il était difficile d’en douter.
 

 
  
Mais c’était sans compter sur une promotion plutôt hasardeuse qui n’a pour le moment pas permis au titre de viser le sommet des charts dès sa sortie et qui commence à faire bouillir les fans. En France, d’après le site Purecharts, le single a fait une entrée timide en 36ème position. Il faut dire qu’à part quelques diffusions en radio, le titre n’a fait l’objet d’aucune promotion. De plus, le titre n’est accompagné d’aucun clip, pour le moment. Un choix étonnant à l’heure où les Lady Gaga et autre Miley Cyrus font exploser le nombre de clics avec des clips sulfureux. L’artiste québécoise se contente d’une simple vidéo audio sur son compte Vevo sur You Tube où l’on voit le visuel, réussi, de la pochette du single. Une vidéo qui cumule plus de 600 000 vues près de deux semaines après sa publication, ce qui reste peu pour un titre anglophone. On ne demande pas à la chanteuse de 45 ans de se ridiculiser à copier ces jeunes artistes qui arrivent sur le marché mais un clip semble tout de même le minimum pour faire diffuser ce nouveau titre excellent au plus grand nombre. Il n’y a pas non plus de vidéo lyrics, qui ne demanderait même pas la participation de la star mais juste son accord. Bref, la promotion se fait petit à petit mais dans la discrétion voire l’indifférence quasi-générale.
 

 
Seuls les Etats-Unis ont eu pour le moment droit à une petite tournée promotionnelle. Très généreuse en interview, la star n’a une fois de plus pas hésité à donner de sa personne. Elle a enchaîné les plateaux des différents talk-shows américains dans un exercice rodé qu’elle maîtrise à la perfection. On l’a ainsi vue notamment dans les talk-shows de Jimmy Kimmel et d’Ellen de Generes où elle a pu évoquer sa vie de famille, son show à Las Vegas, la vente de sa maison de Floride et… son album. Dans ces émissions, la musique vient souvent en dernier mais elle a pu ainsi chanter deux fois en live son nouveau titre et le faire ainsi découvrir au public américain. Malgré ces émissions, le titre n’a pour le moment pas suscité de buzz particulier aux Etats-Unis ni ailleurs.
 

 
 

 
La promotion du nouvel album dans la langue de Shakespeare de la mère de René-Charles et des jumeaux Nelson et Eddy commence donc difficilement. Visiblement, le soutien des grands réseaux de télévision américains n’est plus suffisant. Sans le soutien des radios ou d’un clip, il semble difficile pour la chanteuse de revenir avec une seule chanson qui est pourtant un hit très efficace calibré pour être un tube d’aujourd’hui. Hormis ces quelques émissions américaines, la promotion de cette chanson est inexistante, à tel point que les fans, inquiets de ce manque d’investissement de la maison de disques pour ce nouveau titre ont décidé de venir en aide à la chanteuse.
Véritablement convaincu de l’énorme potentiel de Loved me back to life qui pourrait permettre à la star de séduire un large public, comme avec Sans attendre en novembre dernier, le groupe de fans, très actif sur les réseaux sociaux, The Red Heads a décidé d’agir et a lancé ce soir sur sa page Facebook une opération « Promote Celine ». Le groupe juge que les médias ne diffusent pas assez le nouveau titre anglais de la diva québécoise et face à l’apparente inaction de la maison de disque de la chanteuse ou de son entourage, ils ont décidé de prendre les choses en mains. Ils sont bien décidés à ce que le retour leur chanteuse préférée ne passe pas inaperçu et résument ainsi leur action sur leur page Facebook : « Les Red Heads ont décidé de lancer une campagne de promotion auprès des médias internationaux dans le but de promouvoir Céline à l’échelle planétaire. Nous souhaitons créer un buzz afin de démontrer la capacité de notre fan base à déployer son énergie pour promouvoir notre idole. Céline Dion est la plus grande chanteuse au monde. Nous souhaitons simplement le rappeler au monde ». Le but de cette opération sera de contacter les principaux journalistes ou médias, en masse, dans chaque pays afin qu’ils parlent du nouveau single de Céline Dion. Le groupe annonce cette opération pour la semaine prochaine. Chaque jour, un pays sera concerné. D’après ce message des Red Heads, les pays concernés seraient l’Italie, le Canada, l’Allemagne, la France et la Belgique.
Ce n’est pas la première fois que ce groupe de fans fait parler de lui, mais toujours pour le bien de leur idole, Céline Dion. Pour ses 44 ans, ils lui avaient écrit une chanson et pour son concert à Québec, le 27 juillet dernier, ce sont eux qui avaient décidé de gonfler des ballons rouges à la fin du spectacle.
L’initiative de ces fans qui supportent mal cette absence de promotion en dehors des Etats-Unis est touchante mais il n’est pas certain que les médias français s’en fassent l’écho. La diva québécoise arrive à Paris fin novembre pour une série de concerts à Bercy et plusieurs émissions de télévision sur France 2 et France 3 autour de la diva seraient prévues à cette période-là. Il n’est donc peut-être pas surprenant que les médias hexagonaux attendent cette période pour dérouler le tapis rouge à la plus francophone et stars internationales et évitent de lasser le grand public trop tôt.
Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article