Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 17:59
Le grand retour de Céline Dion est l'événement musical de cette fin d'année. La plus francophone des chanteuses internationales est de retour dans la langue de Molière. Un retour très attendu puisque la star n'a pas sorti d'album français depuis "D'elles" en 2007. Un album-concept autour des femmes qui n'avait pas vraiment séduit le grand public. Ce nouvel opus intitulé "Sans attendre" qui sort ce lundi 5 novembre, après plusieurs reports, a donc la lourde tâche de faire revenir la diva québécoise en haut du top. Pour convaincre, la chanteuse accueille de nouvelles plumes mais reste dans son univers et propose un album très intime. La star se raconte à travers ces 16 titres qu'elle décrit comme une invitation VIP à entrer dans son univers.
   
Celine Dion: Sans attendre
 
C'est sans doute l'album le plus personnel de la chanteuse. Un opus d'une douceur extrême où les mots et l'émotion passent bien avant la puissance vocale. C'est du sur-mesure et ça s'entend. La star propose quelque chose de neuf, d'inédit sans toutefois surprendre à outrance et trop dérouter son public qui retrouve avec un plaisir immense celle qui s'exile trop souvent à Las Vegas.
 
"Sans attendre" est un album construit autour de la personnalité de la star qui ouvre son coeur et se dévoile tout en profondeur et en douceur même lorsque le sujet est grave. On retrouve les thèmes chers à la chanteuse comme l'amour et la famille. La maternité et le rapport au temps sont des thèmes qui lui permettent de signer un album touchant et très émouvant mais qui reste varié. Un album qui aborde des thèmes dans lesquels tout un chacun peut se reconnaître mais qui sont ici une manière pour la chanteuse de se dévoiler à travers les chansons.
 
Le premier titre de l'album qui a été dévoilé est "Parler à mon père". Ce premier single envoyé aux radios en juillet dernier est un hommage au père de Céline, Adhémar, qui est décédé en 2003. Un choix de single audacieux qui a d'abord dérouté certains fans. Mais ce titre très cadencé, c'est l'un des plus rythmé de l'album, écrit par Jacques Vénéruso, qui a réalisé en grande partie ce nouvel opus, a fini par trouver son public, boosté par la sortie de son clip signé Thierry Vergnes. Un clip lumineux et émouvant à l'image de cette chanson qui signe un virage dans la carrière de la chanteuse. Mais que les fans de la star se rassurent, "Parler à mon père" n'est qu'un ovni dans cet album très varié et qui ne succombe à aucune mode. Exit le côté dance, qui était bien tenté sur "A cause" en 2007 et les tires up-tempo, "Sans attendre" est un enchaînement de ballades tendres, naïves et parfois déchirantes mais jamais niaises. La chanteuse prend le temps de chanter les mots et de faire passer l'émotion. Chacun des titres a sa place et son originalité sur cet opus très personnel où l'on vibre à chaque instant.
 
Ce nouvel opus est riche en collaboration et il est difficile de trouver le titre qui puisse faire office de single pour représenter l'album. L'équipe de la chanteuse québécoise a choisi la chanson "Le miracle" comme second single. Une ballade au refrain efficace mais qui semble fade par rapport à la richesse des autres titres de l'album. C'est sans doute la chanson la moins originale et la plus impersonnelle de l'album. Ce nouveau single qui devrait être sauvé par un nouveau clip réalisé par Thierry Vergnes bénéficie cependant de choeurs enfantins qui devraient séduire au moment des fêtes de Noël.
 
 
Car cette ballade légèrement et visiblement volontairement mielleuse est loin de représenter ce nouvel opus aux textes très profonds et plus noirs qu'à l'acoutuméee. La chanteuse se revèle être une immense tragédienne dans certains titres comme "Que toi au monde". Avec ce nouveau titre signé Luc Plamondon et mis en musique par le chanteur Davide Esposito, qui avait déjà sorti sa version de la chanson il y a quelques temps, la chanteuse fait son retour parmi le groupe des grandes interprètes. C'est l'une des seules chansons qui ne raconte pas la vie personnelle de la star mais elle atteint le sublime. L'histoire de cette chanson n'a pu que toucher la chanteuse qui en livre une interprétation déchirante et frissonnante. Luc Plamondon a écrit l'hitsoire d'un jeune soldat qui part à la guerre. Sa femme lui lance alors un cri d'amour bouleversant. Le jeune soldat ne meurt pas mais revient "estropié". Sans fioriture, Céline Dion interprète ce texte magnifique à merveille. Une version 2012 de "L'amour existe encore" en quelque sorte.
 
Cet album est en effet rempli de petites surprises et d'émotion. On retrouve avec plaisir l'immense chanson de Jacques Brel, "Ne me quitte pas". Chaque soir, Céline Dion récolte une standing ovation sur la scène du Caesars Palace à Las Vegas. Elle a donc eu la bonne idée de proposer sa version studio pour l'édition Deluxe de ce nouvel opus. Un choix audacieux mais qui s'avère judicieux. Le passage de la scène au studio n'a en rien gommé l'intense émotion qui se dégage de cette chanson. Le mariage très réussi entre la voix de la chanteuse, tantôt puissante, tantôt douce est saisissant. Avec le titre "Une chance qu'on s'a" qu'elle chante en duo avec le chanteur québécois Jean-Pierre Ferland, c'est la seule reprise de l'album. Un autre titre est très émouvant. Il s'agit de la chanson, "Les petits pieds de Léa". Elle raconte à la fois l'histoire de Céline mais aussi celle de l'auteure de la chanson. Elle est écrite sous la forme d'une lettre écrite à un enfant qui n'a pas pu naître: "Même sans te connaîte, je t'aimais si fort déjà...". Le titre est chanté tout en douceur sous la forme d'une berceuse mais qui est en fait très mélancolique: "Pourquoi les petits pieds de Léa ne feront jamais leurs tout premiers pas? Pourquoi ces petits pieds ne grandiront pas?". En effet, en 2010, la diva attendait des triplés et non des jumeaux. Depuis que la star a des enfants, elle inclut au moins une berceuse dans chacun de ses nouveaux albums: "Une chanson douce" en 2003 et "Berceuse" en 2007.
 
 
Mais ce nouvel album est pour la star l'occasion d'accueillir dans son équipe de nouveaux auteurs et de renouveler de manière très habile son registre. Ainsi, les chanteurs Maxime Le Forestier et Stanislas ont mêlé leurs talents pour écrire "Moi quand je pleure", qui est sans doute la chanson la plus surprenante de l'album. Dans cette chanson musicalement très différente des autres, la star caricature elle-même son personnage de "pleurnicheuse" et se glisse dans l'univers musical un peu décalé de Stanislas. C'est sans doute la chanson la plus enjouée de l'album. Un décalage surprenant qui semble convenir à la chanteuse qui a visiblement pris du plaisir à chanter ce titre un peu différent. Un plaisir partagé par le public.
 
Grand-Corps Malade est l'autre grand nouveau venu. Cependant, et peut-être tant mieux, l'interprète de "Pour que tu m'aimes encore" ne se lance pas dans le slam. C'est le slameur français qui s'est glissé dans l'univers féminin de la chanteuse. Il signe ainsi une ballade très douce sur la maternité. "La mer et l'enfant" joue avec l'homonymie entre les mots "mer" et "mère". Il y a donc une métaphore maritime qui se dessine tout au long de la chanson où la voix protectrice et rassurante de la chanteuse se mêle à l'accordéon. Un titre émouvant qui reste en tête. D'après Céline, c'est cette chanson qui donnerait sa couleur à l'album.
 
Un autre retour est à signaler, celui du chanteur québécois Jean-Pierre Ferland qui outre le duo "Une chance qu'on s'a" est de retour en tant qu'auteur. Il a écrit le texte de "Je n'ai pas besoin d'amour", un des textes préférés de la chanteuse parmi les chansons de ce nouvel album. Cet album est différent mais parle évidemment d'amour. Ce sont étonnamment les chansons les plus rythmées qui parlent d'amour comme le très rock "Qui peut vivre sans amour?" et le plus léger "Les jours comme ça", plus dans l'air du temps. Deux titres accrocheurs qui seraient d'efficaces singles.
 
 
 
Mais la chanson d'amour la plus attendue de cet album était sans doute "L'amour peut prendre froid". Ce duo avec Johnny Hallyday est l'événement de cet album. Les deux artistes ont enregistré la chanson séparément mais le résultat est bon. Ceux qui attendaient que notre Johnny national apporte un peu de rock dans le répertoire plutôt calme de Céline seront déçus. Cette adaptation du titre anglais "Love me anyway" est une très belle ballade sur l'amour qui peut se fissurer avec le temps. Le mariage des voix de ces deux monstres sacrés est très réussi mais le public était en droit d'attendre une chanson moins classique. Ce nouveau titre écrit par Miossec qui est néanmoins efficace figurera aussi sur le nouvel album de Johnny qui doit sortir le 12 novembre, "L'attente". 
 
Un autre duo était aussi très attendu, le duo virtuel avec Henri Salvador. Grâce à la magie de la technique, les voix de Céline et du crooner français décédé en 2008 se marient sur "Tant de temps". Une chanson touchante sur le temps qui passe et l'amour qui passe, lui aussi, et peut s'éteindre. Un duo véritablement hors du temps, avec l'au-delà, un peu à l'image de cet album. De plus, ce titre est l'occasion pour la chanteuse de faire quelques vocalises, que ses fans ont l'habitude de retrouver.
 
Cet album malgré son côté lumineux et enfantin est définitivement plus noir que ses précédents. Chaque chanson dégage une émotion particulière. Dans "Si je n'ai rien de toi", Céline chante l'amour de la femme qui est plus important que l'amour de la star avec des mots assez durs: "Si je n'ai rien de toi, si je ne sens plus tes bras, je redeviens manant, clochard et chien errant, le coeur en loques sur le trottoir, hurlant sa peur dans le noir". Un titre écrit sur mesure qui est l'occasion pour la star de pousser sa voix un peu plus que sur les autres titres. La star profite également de cet album pour rendre hommage à sa mère dans "Celle qui m'a tout appris" ou pour évoquer l'attente, entre autres, de la naissance d'un enfant dans "Attendre". Une chanson qui n'est pas sans rappeler certains titres de l'album à succès "S'il suffisait d'aimer" en 1998.
 
Le retour de Céline Dion dans la langue de Molière est grandiose. Ce n'est pas la chanteuse qui sort un nouvel album mais la femme de 44 ans et la mère de famille qui a enregistré de nouvelles chansons qu'elle aime et qu'elle a choisi de partager avec ses fans dans un nouvel album qui est un cadeau qu'elle leur fait. Ainsi, la chanteuse reste fidèle à elle-même et ne cherche pas par tous les moyens comme elle le dit, à se réinventer pour séduire tout le monde. Elle considère que sa carrière est faite et qu'il y a des gens qui ne l'apprécieront jamais. C'est sans doute ce qui fait la force et la faiblesse de ce nouvel opus. Centré uniquement sur Céline Dion et son univers, l'album risque de ne séduire que ses fans et fermer la porte à un potentiel nouveau public.
 
Pourtant malgré cette volonté assumée de faire un album sincère et centré sur sa personnalité qui ne cherche pas à être à la mode, cette star indémodable qui dit que le succès de ses disques n'est plus la priorité accueille de nouvelles plumes qui sont les bienvenues. Les nouvelles collaborations sont toutes réussies. De quoi attirer de nouveaux amateurs de la diva québécoise? Pas si sûr. La voix de Céline qui nous a manqué rayonne dans cet album taillé sur mesure. Indémodable, la star ne cherche pas à être à la mode mais suit son instinct et propose ainsi un album ultra-personnel et hors du temps, qui dans dix ans seront encore d'actualité. Dommage que la star n'accepte pas de prendre plus de risques et de nous raconter d'autres histoires que la sienne comme elle le fait si bien dans "Que toi au monde". Et on peut aussi se demander s'il n'aurait pas été plus judicieux de proposer une photo pour la pochette de cet album si personnel plutôt qu'un dessin peu ressemblant.
 
Le retour de la chanteuse est à l'image de la star internationale qu'elle est, grandiose. Si la promotion de ce nouvel opus a démarré il y a plusieurs semaines au Québec et s'achève ce soir par une émission événement sur la chaîne TVA, en France, il n'en est rien. La promotion ne commence que ce soir sur TF1 à 18h dans "7 à 8" avec une interview inédite de la chanteuse. Est-ce que cela sera suffisant pour faire revenir la chanteuse au top?
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by celinemusic
commenter cet article

commentaires